Avancer dans le temps !

Qu’est-ce que c’est qu’être vieux ?

    Etre vieux, c’est être à ce moment de son existence, ou chaque projet que l’on puisse trouver dans le fond de son cerveau, marque un temps d’arrêt, c'est prétexter un calcul, au moins un court instant de réflexion, avant qu’il ne voit le jour, avant d’être construit.

 

  C’est cette sensation de ne pas avoir assez de temps pour que soit réalisé, cette chose, ce désir, ce rêve, qui pourtant nous tient à cœur depuis toujours, voir même de naître seulement. C’est cette question couperet, que l’on veut se cacher mais qui est inexorablement présente, "pourrai-je le réaliser ?" C’est d’avoir une bonne idée, pleine de sagesse et d’expérience, une conviction, la sensibilité nécessaire, le brin de talent, le savoir faire, l’envie, le goût, le plaisir d’avoir peut-être encore le temps ou les moyens de le réaliser.

 

  Vieillir, c’est aussi de regretter, de regretter ce que vous auriez pu faire, de cette chose qui était dans vos moyens, même si elle vous parait essentielle maintenant et ne l’a pas été à se moment. Que le temps vous a pris de court, que vous avez raté l’ occasion, que vous n’y avez pas cru sur l’instant, que vous étiez tout simplement absent. Que d’autres ont choisi pour vous, vous ont obligé à changer de cap, que la vie sociétale qui vous à submergé toutes ces années, vous a fait vous engluer, vous coller au sol, vous entraver, vous emprisonner Que tabous et bien séances ont fait de vous ce qui n’aurait pas du être, un « bon garçon » comme on le dit facilement.

 

  Etre vieux c’est d’avoir vu les plus belles et les pires choses. C’est d’avoir connu cette vertigineuse évolution, ces merveilles, ces gens fabuleux. Mais des gens inconscients, tortionnaires, cruels, qui n’ont pas de limites dans leur méchanceté et leur discernement.

 

  Prendre de l’âge, c’est d’avoir ce regard, tranquille et apaisé, juste au dessus de son épaule, sans remords ni tourments, d’être heureux d’avoir été. C’est de se dire que malgré tout ce que je voudrai encore faire, différemment mais a déjà été fait. C’est d’être sur d’avoir et encore aimer. Vieillir c’est d’être encore heureux de croire en votre exclusivité, l’illusion de servir encore un peu, de ne pas être trop dépassé, de pouvoir protéger vos enfants et petits enfants, de n’avoir que du bonheur à leur promulguer. Si vous avez la chance qu’ils apprécient et qu’ils vous aiment, alors vous êtes heureux.

 

  Vieillir c’est aussi l’impression de gêner parfois, de parler un peu trop, de se croire éternel, aussi d’en rajouter. D’encenser le passé, d’avoir connu bien mieux, fait tous ces exploits, croire qu’avant c’était mieux, même si on sait que ce n'est  pas vrai. Le temps étend sa couche qui, à la longue  devient une loupe, parfois même plus opaque qu’il n’y parait.

 

  Vieillir c’est d’avoir comme ami sur, un médecin, habiter un lieu proche de toute éventualité. C’est de ne plus pouvoir goûter à tout ce qu’on a aimé. C’est de faire attention, de se couvrir, d’avoir chaque jour un endroit de son corps auquel il faut penser. C’est d’avoir des idées trop vite oubliées. De commencer des phrases sans pouvoir les terminer. C’est de chercher un nom mainte fois prononcé, même s’il vous est familier. C’est d’avoir à l’écrire, avant de se moucher.

 

  Vieillir c’est encore avoir le temps de dire à tous ce que vous aimez, que vous les aimez !

 

JpC