Sous l'oeil détaché de notre parrain Provençal, ce lieu tant prisé par touristes et arlésiens, "La Place du Forum",
place qui a toujours eu ce rôle de rassembler toutes les couches de la société. Tantôt festive, tantôt culturelle, elle accueille ces populations avides de savoir, de voir et d'être vues.
On s'y bouscule parfois, afin d'honnorer tel ou tel événement, tel commerce ou corporation. On s'y rencontre, s'y donne rendez-vous et même on s'y restaure, s'y instruit, s'y divertis .
Depuis la nuit des temps, des cavernes, des temples aux Forums les hommes s'y réunissent pour faire et refaire le monde. 
Dès l' époque du paléolithique des hommes ont marqué la présence de réunions dans les grottes.  Les peintures rupestres le prouvent, certaines orientées vers une instruction de la chasse ou de  la vie. Ces espaces de rassemblement ont évolués avec les civilisations. Orviéto en Italie est la preuve qu'ils existaient chez les Etrusques ou  un Sanctuaire permettant les manifestations de la Fédération. Les députés étaient nés. Passons sur les Syriens, les Grecs, les Romains qui ont inventé le parlement et à travers lui la démocratie, la Liberté. Le peuple a toujours voulu se rassembler, discuter contester. Son besoin de justice l'a conduit également vers un lieu de convergence, souvenez vous du chêne de Saint Louis, en arrivage direct des Francs. La religion a été un élément fédérateur, les chrétiens sous le régime Romain, pour devenir un lieu d' endoctrinement, de passion, parfois de haine. Depuis l'antiquité le sport a eu sa par de cohésion des hommes, depuis l'olympe  à nos stades faramineux.
En fait mon propos me conduit, a la réflexion que s'arrêter quelques intants en ce lieu et place n'est pas anodin. D'autres avant moi l'ont fait, peut être bien que c'est grâce à eux si je peux aujourd'hui vous en parler librement.
Un homme, Frédéric Mistral, dont la statue trône sur cette place, s'en porte garant,  gageons qu'on lui laisse encore longtemps cet espoir, toujours est il que de son vivant il nous a montré la marche à suivre.